16fév. 2016

La reprise du lundi #16

(ah ben oui, on est mardi... mais hier j'avais piscine Konstroy en direct, j'ai pas pu prendre de l'avance, du coup plutôt que de poster ce billet le lundi souer, je le poste le mardi matin, comme ça la zique vous accompagnera pour le restant dans la journée, bien plantée dans le crâne ;) )


En 1987, les Dead Kennedys sortent "Give me convenience or give me death" (un jeu de mots sur "give me liberty, or give me death") une compil de titres inédits. Parmi lesquels figure un certain "I fought the law", qui au premier abord sonne comme la reprise du titre de Sonny Curtis.
Sauf que Jello Biafra en a changé les paroles, et le refrain originel "I fought the law and law won" devient "I fought the law et I won". Et de l'histoire du mec qui commet des braquages parce qu'il a pas de thune, il en fait la narration à la première personne (comme souvent chez Jello) du double meurtre d'Harvey Milk et de George Moscone (respectivement superviseur et maire de San-Francisco) par un ancien officier de police Dan White. C'est donc du point de vue de Dan White que se place le narrateur :
"I blew George and Harvey's brains out with my six-gun !"
 

Jello Biafra explique tout cela dans un texte accompagnant les paroles, et dont on trouve la traduction dans l'excellent ouvrage "Que la farce soit avec vous".

http://pix.ladistroy.fr/upload/original/1455563225.jpg

Et Jello de préciser (toujours traduit dans l'ouvrage précité) :


"[...]En prison Dan White était traité comme un roi. Certains flics portaient des t-shirts "libérez Dan White" sous leurs uniformes.[...] Son procès a été un grand mélodrame préfabriqué, connu aujourd'hui comme la "Twinkie Defense". Comme il s'empiffrait de Twinkies (une cochonnerie de patisserie américaine pour les gosses), la "dépendance" au sucre avait rendu dingue le pauvre Danny. Ainsi il ne pouvait être tenu responsable de ces deux assassinats politiques, méticuleusement planifiés, et par conséquent il n'avait commis aucun crime. Et c'est comme ça que Danny s'en est sorti. Le 21 mai 1979, le jury l'a condamné à cinq ans de liberté conditionnelle pour homicide involontaire, ceci prouvant de nouveau que la justice en Amérique est pour ceux qui en ont les moyens[...]"
 

Ce verdict (un double meurtre prémédité transformé en homicide involontaire, c'est osé) fut suivi fût suivi d'une nuit d'émeute (the White night riots, Emeute de la nuit White). Il faut préciser qu'Harvey Milk était une figure emblématique du mouvement homosexuel, et que le quartier gay (le Castro) était en conflit quasi permanent avec la police locale. Un ancien flic qui assassine avec préméditation un des plus célèbre militant de la cause homosexuelle, et qui sort quasiment libre, ça pouvait difficilement rester pacifique. Ces  émeutes furent suivies (évidemment serait-on tenté d'ajouter) d'une féroce vendetta policière.

Jello Biafra précise :


"[...]Cinq des voitures de flics ayant brûlé à l’hôtel de ville figurent sur la photo de couverture de l'album Fresh fruit for rottent vegetables[...]"

http://pix.ladistroy.fr/upload/original/1455563283.jpg 

 

Il ya quand même des groupes qui surclassent tous les autres...

 

Et donc :

Dead Kennedys - I Fought the law

 

=======

Et vous retrouvez toutes les reprises de la rubrique "la reprise du lundi", sur notre dawaband => >ici<.